Phase I : objets matières

Sur des cavenas vierges, plusieurs artistes invitées et dirigées par Mélanie Bédard sont conviées à un dialogue métissé de gestes créatifs incarnés dans la matière. Peinture, sculpture, céramique, tricot, petit point, fabrication du savon, travail du son, gravure sur bois, etc. s’y trouvent mis en scène de manière collaborative et libre. Comme une ode à l’amitié et par le jaillissement commun de leurs savoir-faire à travers ces divers matériaux, ces animations sont issues d’un laboratoire de création, une réflexion ouverte et intuitive. De ce projet en devenir, mais toujours en processus de création, voici deux extraits de la Phase I. Documentation de l'installation présentée dans l'espace de Manif d'art dans le cadre du 40e anniversaire de La Bande Vidéo.

Mélanie Bédard, 2017 [00:01:45]

en ligne

No. : NV1-1741

Géométrie (extrait)

Géométrie  est un récit fictif dont l’origine est le soliloque d’un promeneur solitaire entendu alors qu'il racontait ses pérégrinations quotidiennes dans certains jardins publics. Ses propos ont été mémorisés et réécrits sur des laps de temps souvent distants, permettant d’insérer dans la trame des éléments nouveaux, survenus fortuitement pendant le tournage. L’intention originelle est demeurée : préserver la dimension sociale, philosophique et poétique se dégageant de ce qui a été raconté. Les prises d’images, pour bien rendre sensibles les dimensions implicites livrées par cette parole singulière, ont été réalisées sur plusieurs années; à l’hiver, en février, lorsque la lumière et le temps le permettaient, et afin de respecter le moment et le lieu où ce monologue a été entendu… Présenté sous forme installative dans notre espace d'exposition dans le cadre des 40 ans de La Bande Vidéo. Ici est présenté un extrait de la monobande.

Jocelyne Alloucherie, 2017 [00:30:00]

en ligne

No. : NV1-1710

Br\che (teaser)

Br\che est une installation immersive qui synthèse des concepts propres à l’architecture à travers les médiums de la vidéo et du son et ce afin de mettre en lumière les subtilités du paysage architectural de la Ville de Québec. Lors d’explorations dans la ville à l’occasion d’une résidence à La Bande Vidéo, l’artiste a accumulé une série d'images, de textures, de sons et d’ambiances qui ont été ensuite réorganisés sous forme installative à l’aide de projection et hauts parleurs et de 4 projecteurs synchronisés formant une grande projection. Le nouvel environnement créé, où des images et des sons sont diffusés d’un coin à l’autre de l’espace, demande au spectateur une exploration numérique qui lui permet un nouveau regard sur les lieux architecturaux représentés. Ce mariage entre l’intention humaine trahie par les manipulations digitales et le désordre naturel transmis par la source physique des images et des sons nous rappelle le rôle premier de l’architecture : l’intégration environnementale.

Johann Baron Lanteigne, 2017 [00:01:19]

en ligne

No. : NV1-1704

À peu près prêt(e)

Sous forme installative, le projet regroupe trois films d’animation récents de l’artiste ainsi qu’une série d’objets en céramique aux formes artisanales. Les vidéos présentées, dont Refoulement (2015) et La Grille (2016), explorent la thématique du féminin ainsi que la relation entre la frivolité et les moyens de production cinématographique. Quant à eux, les objets en céramique consistent en une série de mains, de corps et de parties corporelles féminines. Avec ce projet, Carol-Ann Belzil-Normand cherche à créer un dialogue avec le matériel et l’immatériel. Une présentation de dessins, de textiles et d’autopublications complète l’exposition. Documentation de l'installation réalisée par La Bande Vidéo. Photo, captation vidéo et montage : Ricardo Savard Lien vers le site de l'artiste.

Carol-Ann Belzil Normand, 2017 [00:02:45]

en ligne

No. : NV1-1701

GRRR

GRRR , exposition inédite de l’artiste montréalais Patrick Doyon, est avant tout le fruit d’un travail de relecture et de réinterprétation. En effet, les séquences animées qui forment cette installation sont le résultat d'un agrandissement et d’une juxtaposition de détails graphiques issus des albums  Les Aventures de Tintin . Basé sur le principe du relevé systématique, le projet propose un regard différent sur une œuvre connue et maintes fois saluée, mais dont les codes, associés au 9e art, sont pour la plupart incompris ou ignorés. Par ailleurs, l’acronyme  GRRR , qui signifie Georges Rémi, Relu et Remixé, rappelle que cette réinterprétation de Tintin est basée sur la récurrence de motifs associés à la ligne claire (langage graphique issu de l'école belge de bandes dessinées réunie autour de Hergé), dont l'auteur Georges Rémi fut l'un des plus illustres représentants. Mais  GRRR  évoque également l’onomatopée qui représente un grognement et qui est régulièrement employée en bande dessinée. Présentée dans notre espace d'exposition lors d'une résidence-expo dans nos studios.

Patrick Doyon, 2017 [00:01:06]

en ligne

No. : NV1-1705

Dans l'intervalle

Réflexion sur la lumière et la temporalité, Dans l’intervalle montre le mouvement de l’eau afin de révéler l’aspect sculptural des vagues. Au moment où la lumière entre en collision avec la matière liquide, les vagues déploient alors tout le potentiel plastique de leurs propres chatoiements. De plus, le déplacement des visiteurs capté par des détecteurs de mouvements influence la qualité des ombres et des effets lumineux présentés sur les écrans. Pour compléter l’exposition, une série de photographies réalisées à partir de fragments de la vidéo invitent le spectateur à réfléchir sur la mémoire de la forme. Présentée dans l'espace d'exposition de La Bande Vidéo, lors du Mois Multi 2016.

IvanovStoeva , 2016 [00:03:56]

en ligne

No. : NV1-1602

Ils ont regardé la mer!

Réalisée en partie dans nos studios, l'installation Ils ont regardé la mer! est constituée de la projection d’une captation de vagues marines. L’œuvre convie par ailleurs les spectateurs à une expérience interactive. En effet, chaque visiteur est invité à activer un système qui capte ses pulsations cardiaques. En interaction avec l’installation, ce sont alors les battements de son propre cœur qui contrôlent le rythme des vagues représentées dans l’œuvre vidéo. Contemplatif mais également ludique, Ils ont regardé la mer! peut être vu comme une investigation de la puissance des forces et des rythmes qui nous lient à la grandeur et à la beauté de la nature. Il s'agit ici d'une documentation vidéo de l'installation sans visiteur et sans intéraction. Présentée dans notre espace d'exposition en 2016.

Cynthia Naggar, 2016 [00:02:18]

en ligne

No. : NV1-1603

La route parachute: documentation photo

Voici quelques images de l'installation vidéo  La route parachute  présentée dans l'espace de La Bande Vidéo en 2015. Pour de plus d'informations: Lien vers la version monobande. Lien vers le site de l'artiste.

Diane Landry, 2015 [00:00:30]

en ligne

No. : NV1-1516

« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 »